The Choba massacres, 1999

Nigeria

Violation : viol, meurtres

Choba est une communauté d'Ikwerre qui héberge l'Université de Port Harcourt (UNIPORT). C'est également le site du siège nigérian de Willbros Nigeria Ltd, une entreprise de construction de pipelines et une filiale de Willbros Group, Inc., une société américaine ayant une base administrative dans l'Oklahoma. Les habitants de Choba ont longtemps exprimé leur mécontentement à l'égard de Willbros pour son manque d'intérêt à maintenir de bonnes relations avec la communauté et son incapacité à offrir des opportunités d'emploi à plus d'une poignée des autochtones de Choba, comme les sociétés transnationales sont tenues de le faire par la loi.

For many years, the community led periodic demonstrations at Willbros’ gates, in the heart of Choba, and undertook blockades to disrupt company operations as a form of protest. On September 17 1999, after a period of demonstrations, Willbros reached an agreement with the community to, among other commitments: build a secondary school on land to be provided by the community; employ an administrative assistant from Choba who would be responsible for general staff recruitment; and to review from time to time the number of Choba community members employed by the corporation. 

Willbros also committed to repair damaged sections of road near the plant and to provide equipment for construction of a new road; provide for water distribution; and to remove Chief Nwasuruba, the company’s administrative manager, and Sam Oniyide, the security manager, by 30th September.

Sur le 9th Le 9 octobre, des représentants de la communauté Choba, qui avaient signé l’accord du 17 septembre, ont été convoqués au siège de Port Harcourt de la Rivers State Swift Operation Squad (SOS), une unité de police qui succède à l’opération paramilitaire Flush mise sur pied par le gouvernement militaire. Trois membres de la collectivité se sont rendus à Port Harcourt et ont trouvé le gestionnaire de Willbros au bureau de SOS. Là, ils ont été contraints de signer un accord qui limitait considérablement l’accord du 17 septembre précédent et engageait seulement Willbros à employer 100 membres de la communauté immédiatement, et en retour la communauté enlèverait les obstructions des portes de Willbros. L’accord a été rejeté par l’ensemble de la communauté et les manifestations se sont poursuivies.

Le 28 octobre 1999, des soldats et des policiers ont été déployés à Choba où ils ont dispersé les manifestants aux portes de Willbros. Des membres de la communauté ont rapporté que des soldats ont tué quatre personnes le lendemain, en ont blessé plusieurs autres et violé au moins soixante-sept femmes. Les soldats ont également saccagé plusieurs stalles près des portes de Willbros et auraient détenu 21 jeunes.  

Source du témoignage: Kebetkache Women & Development, EJ Atlas, opens in a new windowHuman Rights Watch .

"Les habitants de Choba ont longtemps exprimé leur mécontentement à l'égard de Willbros pour son manque d'intérêt à maintenir de bonnes relations avec la communauté et son incapacité à offrir des opportunités d'emploi à plus d'une poignée des autochtones de Choba, comme les sociétés transnationales sont tenues de le faire par la loi.i".

Choba Massacre

Mama Nthuwa

Mozambique

Hannah Deen

Sierra Leone

Lisez des témoignages puissants reflétant l'expérience et la résistance des militants et des communautés de tout le continent africain.